Tour de Bréhat annulé, 2e étape modifiée

Changement de programme sur le Tour de Bretagne ! 35 nœuds établis cet après-midi, 30 à 35 nœuds à la pointe Bretagne dans la nuit de mardi à mercredi : la direction de course du Tour de Bretagne a, à regret, annulé le tour de l’île de Bréhat prévu ce lundi et organisé une escale à l’Aber Wrach, demain soir, scindant l’étape 2, en deux. 

Tour de Bretagne à la Voile 2015 : Escale  à Lézardrieux © Pierrick ContinCet après-midi, à Lézardrieux, les skippers lézardent, au chaud, mais derrière les vitres, à l’abri d’une pluie diluvienne et de belles rafales. Un premier front passe cet après-midi sur Bréhat. 35 nœuds établis, des rafales violentes : pas question d’envoyer une course dans de telles conditions.

 

Demain, même punition. Un deuxième système dépressionnaire est annoncé entre 2 et 6 heures du matin, dans la nuit de mardi à mercredi, soit pile à l’heure où les skippers devraient négocier le délicat passage du « Four », au large du Conquet et de la pointe Saint-Mathieu. Là encore, le risque est trop grand. Impossible d’envoyer des concurrents affronter ces zones de navigation particulièrement difficiles lorsque la météo prévoit 30 à 35 nœuds de vent avec des rafales.

 

Pour faire face à cette météo automnale, la direction de course a décidé de couper la deuxième étape de ce Tour de Bretagne en deux, en organisant une escale à l’Aber Wrach. Ainsi, au lieu des 102 milles à disputer d’une traite entre Lézardrieux et Camaret, les coureurs vont partir demain matin du petit port costarmoricain pour 72 milles à destination de l’Aber Wrach, qu’ils rallieront en soirée.

 

Mercredi matin, après un nouveau départ matinal, les 22 duos feront route pour 42 milles vers Camaret, via le passage du Four.

 

Le coup d’envoi de cette étape entre Lézardrieux et l’Aber Wrach devrait être donné entre 8 et 9h demain matin, dans une brise de 15 à 20 nœuds de secteur sud. Les concurrents sont attendus en début de soirée dans les Abers.

 

_________________________________________

Les « Teams » : transmission de savoirs, de flambeaux (2/2)
(Suite de la présentation des teams engagés sur ce Tour de Bretagne)

 

Yoann Richomme et Quentin Delapierre sur Skipper Macif : « Scinder l’étape en deux est une bonne décision, cela permet en plus de remplacer le parcours annulé aujourd’hui, donc c’est très bien ! Et puis on va encore plus jouer au ras des cailloux. On connaît bien le coin, il y a beaucoup de jeu : on adore ça !
Hier, la première étape a été un peu décevante pour nous. Cela s’est joué sur une décision tactique, mais le bilan est positif, notre duo fonctionne bien ! Quentin barre et je m’occupe du reste.
Quentin Delapierre : c’est vraiment une chance de pouvoir disputer ce Tour de Bretagne avec Yoann. Ca a été une belle surprise pour moi lorsqu’il me l’a proposé parce que j’avais justement envie de gouter au Figaro Bénéteau… Je n’ai jamais fait de course au large, c’est donc une belle occasion d’avoir un aperçu de ce que cela peut donner.
Hier, en vitesse ça allait, j’avais de bonnes sensations. Ma mission est de faire avancer le bateau le plus vite possible ! Mais j’avoue qu’au large je n’ai aucun repère. Travailler au compas et à la carte, je n’ai jamais fait : c’est un super apprentissage.
Alors, le fait d’avoir deux étapes près des côtes au lieu d’une grande plus au large, ça va plus me parler ! »

 

Corentin Horeau et Quentin Ponroy sur Bretagne Crédit Mutuel Performance : « C’est ma dernière course sous les couleurs de Bretagne Crédit Mutuel… Ce n’est pas anodin.
Le duo avec Quentin s’est fait très naturellement puisque nous naviguons ensemble depuis toujours, c’est l’un de mes meilleurs amis, et nous sommes voisins ! Avec lui, je sais que régater c’est du pur plaisir ! Et comme c’est aussi Quentin qui a travaillé sur mes voiles, c’est intéressant pour lui : tout le monde s’y retrouve.
Mon objectif est clair : terminer mon partenariat avec Bretagne Crédit Mutuel sur une bonne note ! Mais le plateau est relevé. Nous avions terminé 3e en 2013 avec Nicolas, nous allons essayer de faire aussi bien.
Au sein de l’équipe Bretagne Crédit Mutuel, nous échangeons beaucoup. Avec Nicolas on se connaît vraiment bien maintenant. Mais une fois que le départ est donné : ils deviennent des concurrents ! »

 


Sélectionner un des précédents communiqués